Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de PANSE

50 ans déjà...

29 Octobre 2009 , Rédigé par PANSE Publié dans #THEMES DIVERS

Le 29 octobre 1959, paraissait le N°1 du journal PILOTE (voir l’article sur PILOTE dans la rubrique « Coup de rétro »).




Dans ce numéro, apparaissaient plusieurs personnages, certains éphémères ou très classiques, certains étant déjà connus (Le Petit Nicolas) d’autres qui faisaient là leur 1ère apparition avant de devenir des « vedettes » du 9ème art.

50 ans ont passé, PILOTE a cessé de paraître mais au moment de fêter cet anniversaire, un choix s’imposait : Qui après tout ce temps reste l’emblème de ces années, qui a su traverser le temps ?

 

PILOTE lui-même bien sur qui a bouleversé le paysage de la B.D, mais j’ai déjà écrit sur ce journal légendaire.

 

Dans son premier N°, Michel TANGUY et Ernest LAVERDURE prenaient leur envol,



Un démon nommé BARBE ROUGE prenait la mer dans les CARAIBES (avant d’inspirer le pirate d’ASTERIX)…

  

Mais il est évident que LE personnage le plus important, celui qui allait détrôner TINTIN méritait qu’on pense à lui en priorité : ASTERIX

 

Le petit guerrier gaulois a été conçu quelques mois plus tôt dans un logement HLM de banlieue (chez Albert UDERZO).

UDERZO et René GOSCINNY avaient pensé illustrer des aventures sur le thème du Roman de RENART. Le projet était même bien avancé quand ils apprirent que cela existait déjà.

Sans se décourager, ils commencèrent à réfléchir à une nouvelle idée. Ils passèrent en revue l’histoire de France, mais après la préhistoire (vite abandonnée), ils arrivèrent à « Nos ancêtres les gaulois » et ce fut l’étincelle.

Détail amusant, les 2 auteurs étaient d’origine polonaise (GOSCINNY) et italienne (UDERZO)

Très vite, ils gardèrent la terminaison en « –RIX » de VERCINGETORIX pour baptiser les gaulois.

UDERZO voyait son héros comme un grand guerrier athlétique, sur le modèle de BELLOY créé quelques années auparavant. GOSCINNY l’imaginait, petit et maigre.

 

Son nom ? ASTERIX. Pourquoi ? Selon René GOSCINNY, un nom commençant par la lettre A lui garantirait une place de choix dans une future (et bien hypothétique à l’époque) encyclopédie de la Bande Dessinée.

Le nom a fait couler beaucoup d’encre (de chine) : ASTERIX viendrait de ASTER et RIX et signifierait « Roi des étoiles »

On pense aussi au caractère typographique « astérisque » (*)

 

La première aventure s’intitule sobrement « ASTERIX le GAULOIS » et il faut attendre la case 8 de la 1ère planche pour le voir apparaître dans le scénario (la 7ème dans la planche définitive) , encore un peu raide et d’un trait maladroit.



 

Il est accompagné de son ami OBELIX qui apparaît dans la même case mais qui devra attendre le second album pour devenir l’inséparable compagnon du héros.



Le nom d’OBELIX ? Il vient bien sur de l’obélisque mais aussi peut être lui aussi d’un caractère typographique : l’obèle

Le 1er album relié sort en 1961 mais le succès ne cesse de grandir.



Aujourd’hui à 50 ans ASTERIX (et OBELIX) ont voyagé dans le monde entier (même l’AMERIQUE et les INDES) et leurs albums sont connus sur tous les continents.

 

Ils ont vécu de nombreuses aventures publiées dans 34 albums (le dernier est paru le 22 octobre 2009).



Mais aussi d’une adaptation radiophonique (diffusée sur France INTER) de disques, d’une adaptation théâtrale (par Jérôme SAVARY), de 3 films et de 8 dessins animés.

Sans oublier bien sur le Parc ASTERIX inauguré en 1989.

 

ASTERIX a aussi été le nom donné au 1er satellite artificiel français (non officiellement, à l’époque l’espace était une chose sérieuse, et la B.D un amusement pour les enfants…).

 

Il a été aussi l’objet de thèses universitaires, a fait la couverture du TIMES.

 ASTERIX a su donner ses lettres de noblesse à la B.D, même s’il ne l’a pas fait seul et il a su aussi traverser les années.

 Preuve ultime de son succès, certains ne trouvent aucun autre sujet que la critique de ce personnage jugé peut être trop « populaire »

 On pourra toujours dire que l’auteur se fatigue, que la magie s’essouffle, ASTERIX est encore là et est un pilier de la Bande Dessinée.

Plus de 300 millions d’albums vendus, 107 traductions dont le latin (!)



, des produits dérivés sous toutes ses formes , qui dit mieux ?

 

Allez j’avoue, j’ai une tendresse particulière pour ASTERIX, OBELIX et tous les autres (même Jules CESAR et surtout FALBALA).

 

Le 1er album de BD qu’on m’a offert en 1964 n’était pas un ASTERIX, non. Mais le 2ème ce fut « ASTERIX GLADIATEUR » et aujourd’hui je les possède tous et je les relis avec le même plaisir à chaque fois

 Alors ce 29 octobre 2009, je dis Bon anniversaire TANGUY, LAVERDURE, BARBE ROUGE mais aussi bon anniversaire ASTERIX, OBELIX et tous les gaulois, romains, Goths etc.. Vous souhaitant de nous offrir encore de longues années de plaisir en lisant vos aventures.

  

Merci à René GOSCINNY et Albert UDERZO pour ces 50 ans de BD et bravo. EN 1959 dans ce petit appartement est né une légende

 

Lire la suite

THE YELLOW KID

11 Octobre 2009 , Rédigé par PANSE Publié dans #COUP DE RETRO

 

Dans cet article, le « coup de rétro » va nous entraîner très loin, jusqu’aux origines de la Bande Dessinée.

 

Les 1ères « histoires en images remontent à des temps lointains. Certains n’hésitent pas à remonter jusqu’aux grottes de LASCAUX, à la colonne trajanne, etc.…

Sans aller aussi loin, il faut considérer que la Bande dessinée est un médium donc outre un dessin, une histoire, il faut pour être considérée comme une B.D que l’œuvre soit aussi diffusée.

C’est pourquoi ce sont les « histoires illustrées » de Rodolphe TÖEPPFER (1869), Wilhelm BUSCH (1860) ou CHRISTOPHE (1889) qui sont reconnues comme les premières esquisses de la B.D moderne

 

Malgré ces débuts prometteurs en EUROPE, ce sont les Etats Unis qui vont par la puissance de la presse permettre le développement de la B.D grâce aux comics strips, récits en 4 ou 5 images paraissant de façon quotidienne ou hebdomadaire.

 


 

Le 17 février 1895, le « NEW YORK WORLD » publie une série intitulée « At the Circus in HOGAN’S ALLEY » de W.F OUTCAULT. Il s’agit alors d’une grande illustration d’une artère peuplée de personnages pittoresques.

La première publication d’Hogan’s Alley, en noir et blanc, date du 2 juin 1894 dans Truth Magazine

Parmi eux se trouve un gamin nommé Mickey DUGAN, tête chauve, oreilles en « feuilles de chou » et vêtu d’une chemise de nuit bleue.

Afin de tester l’encre jaune, difficile à imprimer avec les moyens techniques de l’époque, la couleur de la chemise changera et le personnage deviendra dans l’esprit des lecteurs le « YELLOW KID »

Sur cette chemise est brodée une phrase malicieuse, impertinente et toujours différente.

 



Mais très vite, ce moyen d’expression ne suffisant pas, OUTCAULT va faire s’exprimer  ces personnages à travers des « phylactères » que les lecteurs baptiseront vite « ballons .

 

Bien que d’autres auteurs aient déjà publié des bandes dessinées dans le pays, le succès du Yellow Kid fait que la série a été considéré par les premiers chercheurs des années 1960 non seulement comme la première Bande Dessinée américaine et le premier strip de presse du dimanche mais également comme la première bande dessinée dans l'absolu. On y voit également souvent le précurseur de l'utilisation du phylactère en bande dessinée, alors que le YELLOW KID s'exprime, sauf le 25 octobre 1896, toujours sur son vêtement et que les autres usages du phylactère sont avant tout des moyens de renforcer le comique.


(Le phylactère apparait pour la 1ère fois)

En 1896, OUTCAULT fait paraître sa série dans le « NEW YORK JOURNAL AMERICAN » pendant qu’elle se poursuit dans les pages du « NEW YORK WORLD » sous la plume de Georges LUKS.

Le séries cessent en 1989. OUTCAULT se consacre alors à un autre personnage BUSTER BROWN qui atteindra aussi la consécration.



Le trait d’OUTCAULT est raide, figé, encore sous l’influence des histoires en images mais il a popularisé l’emploi des « ballons ». Il faudra attendre 1908 pour que cet usage commence à apparaître timidement en France. Mais c’est une autre histoire

 
(Richard Felton OUTCAULT 14 janvier 1863-25 septembre 1928)


Anecdotes :

Le caractère vulgaire des termes employés dans « HOGAN’S ALLEY » a donné le mot « YELLOW JORNALISME » toujours utilisé pour définir la presse à scandale

Le YELLOW KID existe sous forme de statuette récompensant les lauréats du Festival de la Bande Dessinée de LUCCA (en Italie)

 

Lire la suite

PROJETS 2009-2010

8 Octobre 2009 , Rédigé par PANSE Publié dans #PROJETS

Prendre de bonnes résolutions en début d'année, tout le monde le fait.
Moi c'est à la rentrée que je fais des projets.
En espérant les tenir...
L'an passé je comptais publier un album en duo (Au point mort), publier le 2ème opus des INDIENS (prévu en Mai, toujours pas terminé mais ça avance...)
Cette année 2009/2010, j'ai encore de grands projets:

- La sortie des INDIENS N°2 (je devrais l'avoir terminé)
- La participation aux festivals et salons
- La sortie d'un album collectif avec plusieurs jeunes dessinateurs.
A ce sujet si certains parmi mes visiteurs cherchent un scénario...
- La réédition du 1er volume des INDIENS (Eh oui, on est proche de la rupture de sotck)
- Et bien sur poursuivre ce blog

-Un rêve aussi, interesser un éditeur pour pouvoir tirer un plus grand nombre d'exemplaires et surtout me soulager de la promo et la diffusion

Dans un an on fera le bilan et on verra ce qui s'est réalisé.
Ca risque de ne pas être triste...

Lire la suite