Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de PANSE

STURMTRUPPEN: Titre allemand, série italienne

7 Avril 2010 , Rédigé par PANSE Publié dans #COUPS DE COEUR

La Bande dessinée ne se limite pas au “triangle” USA-FRANCE/BELGIQUE-JAPON.

L’ITALIE est un vivier d’artistes et de créations de qualité (sans oublier pour autant tous les autres pays qui ont laissé des oeuvres marquantes).

Si PRATT, MANARA, MAGNUS, CREPAX  sont connus du grand public, j’ai voulu ici rendre hommage à un auteur moins “médiatique” mais qui m’a tiré des larmes de rire.

 

sturmtruppen0

 

J’ai nommé BONVI et ses STURMTRUPPEN

 

BONVI 2

BONVI

 

 

 

Franco BONVICINI est né le 31 mars 1941 à...PARME ou à MODENE!

Ce fut son premier gag et aujourd’hui encore il est impossible de déterminer son lieu de naissance.

Sa mère l’avait en effet inscrit dans les 2 villes afin de bénéficier de davantage de “bons de rationnement”

 

Le jeune Franco abandonne rapidement ses études et se consacre à l’animation et à la publicité

 

bonvi

 BONVI par...BONVI

 

En 1968, le quotidien “Paese Sera” lance un concours de Bande Dessinée Italienne lors du festival de LUCCA

 

A 3 heures du matin le 2 octobre 1968, sous la signature de BONVI naissent les STURMTRUPPEN qui seront rapidement publiés dans “Paese Sera” puis dans “Storm” avant d’être publiés dans de nombreux journaux.

 

BDITALIE

 

Les STURMTRUPPEN sont les soldats d’un bataillon d’une armée qui si elle ressemble à la Wermacht de la seconde guerre mondiale pourrait être celle de tout pays à toute époque.

Qu’importe l’uniforme pour dénoncer l’absurdité de la guerre

Mais par leurs uniformes, leurs noms, les références à une période précise, BONVI n’a fait que renforcer sa satyre en “ridiculisant” celle qui était dans les esprits (et l’est encore) la plus redoutable et la plus cruelle

 

 

bdfrance1

 

Petits, coiffés de casques trop lourds, ils ont l’air méchants mais surtout idiots

 

STURMTRUPPEN est une représentation satirique de la Seconde Guerre mondiale vue à travers les yeux des "troupes de choc mortel" en Allemagne , mais ce n'est pas seulement une satire

Bonvi représente une masse d'hommes naïfs et incapables de s'attaquer aux difficultés de la guerre, la gravité (ou la folie) du général et de passer à coté de tous les plaisirs qui permettent à l'homme pour vivre et non survivre le sexe , la nourriture, la paix .

Pour BONVI, antimiliariste convaincu et proches des milieux anarchistes il ne faut pas oublier que le sergent sadique l’officier détenteur du pouvoir pourrait facilement être les doyens ou chefs de département

 SturmtruppenBonvi

 

 

Les strips sont grotesques et peu réalistes des choses qui arrivent, comme un domaine médical obsédé par les vampires , un “Frankenstein” porté à la vie par les expériences de la cuisinière, à beaucoup plus réaliste invasions de souris ou de bugs dans les tranchées.

Le graphisme utilise abondemment les trames et n’a que peu évolué tout au long de la série conservant une force présente dès ses origines

 

bdfrance3

 

 La bande de STURMPTRUPPEN n’a jamais eu de vrais héros

Les événements se déroulent autour des différentes entités qui composent l'armée, ce qui peut les distinguer.

 

En plus des simples soldats, qui sont appelés par des noms les plus communs en allemand (Otto, Fritz, Franz, etc.), on retrouve le sergent sadique (mais qui “craque” parfois devant la bêtise de ses hommes), les officiers qui sont souvent encore plus stupides que leurs hommes

 

bdfrance2

 

 

BONVI délaissera un peu sa série fétiche pendant la période 1975/1976 pour se consacrer à l’animation et au studio qu’il a créé.

 

bdfrance4

 

Mais STURMTRUPPEN reprendra jusqu’en 1995

En 1976, BONVI participera à l’adaptation cinématographique de sa série (avec Jean Pierre MARIELLE dans un role secondaire)

 

sturmtruppenFILM

 

sturmtruppen film 1

 

sturmtruppen film 1b

 

Un second film sera tourné en 1982

 

sturmtruppen2

 

BONVI réalisera aussi d’autres séries comme Nick CARTER (parodie des films de détectives américains)

 

NickCarter

 

Et “APRES LA BOMBE”, chronique amère de la vie des hommes après l’holocauste nucléaire.

 

Apreslabombe 01062003

 

BONVI  est élu en 1980, conseiller municipal de BOLOGNE, sa dernière oeuvre, “De La Ville” est publiée en décembre 1995 à titre posthume, BONVI ayant disparu le 10 décembre 1995 fauché par un chauffard

 

 

Peu connu en FRANCE, il nous a laissé quelques trésors comme “APRES LA BOMBE” paru chez GLENAT et surtout STURMPTRUPPEN, 2 albums publiés en 1976 et 1977 par SAGEDITION.

 

Sturmtruppen01 bdfrance5

 sturmtruppen03

 

 

C’est grace à ces albums que j’ai découvert le monde de BONVI et aujourd’hui encore je les relis avec autant de plaisir.

 

 Sturmtruppen LOVE

Lire la suite

ARMIN SCHULLER: Un article atypique

2 Avril 2010 , Rédigé par PANSE Publié dans #COUPS DE COEUR

Si l’article précédent « ARMIN SCHULLER : Un héros atypique » a été publié le 1er avril, ce n’est pas une coïncidence.

C’est en effet un…poisson d’avril

 

Ne cherchez pas cette BD, elle n’existe pas et n’a jamais existé

 

L’article vient d’une idée de mon fils aîné qui s’est d’ailleurs chargé en parodiant mon style d’écriture de la rédaction du texte.

Jarno THOMAS, étudiant est lui même auteur amateur de scénarii destinés au cinéma et a également écrit des pièces de théâtre (en cours pour certaines de montage).

 

Son hommage qu’il a rendu à mon blog à cette occasion vaut bien ce « coup de cœur » en retour.

 

Les illustrations sont de moi même et je le remercie aussi de m’avoir donné l’occasion de me prouver à moi même que je pouvais « croquer » dans un style auquel mes lecteurs habituels ne sont pas accoutumés.

 

Et puis, je me souviens que les journaux de mon enfance et adolescence sacrifiaient aussi à cette tradition du 1er avril et c’est une forme d’hommage que j’ai ainsi rendu à PIF, SPIROU, PILOTE, ETC…

 

 

Lire la suite

ARMIN SCHULLER: Un héros atypique

1 Avril 2010 , Rédigé par PANSE Publié dans #COUPS DE COEUR

Dans les personnages marquants de la bande dessinée, il est nécessaire de mentionner l'un des (trop) rares personnages de l'ex-bloc communiste.

 

Armin Schuller est une série allemande, dessinée et scénarisée de 1950 à 1974 par Gregor Liepowski, sous le pseudonyme de Lux. Ce dessinateur a connu une Histoire tout à fait atypique, puisqu'il est né en France (le 28 février 1918 à… Angoulême, drôle de coïncidence !), a vécu loin du joug nazi aux Etats-Unis de 1934 à 1946, avant de s'installer à Cottbus, en RDA. Ceci est indispensable pour comprendre le dessin, le découpage, les personnages de Lux, inspiré aussi bien par la BD française (notamment Christophe, son modèle) que par les comics américains.

 

Artiste engagé, tant dans le neuvième art qu'en musique (Lux était également violoniste à l'opéra de Berlin !), il crée un personnage hors normes, et investit la BD dite « traditionnelle » dans le champ politique. Il publie tout d'abord trois albums de Arbeit Macht Frei, une série qui se dresse ouvertement contre Hitler, qui en est le personnage principal, mais abandonnera vite ce projet pour Armin Schuller.

 

 

SCHULLER

 

Armin est, à l'origine, un simple médecin (comme le fut la mère de Lux). Marqué par la division de l'Allemagne, il s'engage en politique, puis grimpe les échelons (De 1959 à 1961, il est même maire de Berlin-Est), afin de réunifier le pays. Pour atteindre cet objectif, il est prêt aussi bien à aller au contact de la population que de commanditer des attentats afin de faire échouer ses adversaires.

 

Parmi les autres personnages marquants de cette série, il y a Heinrich Renhardt, le rival tant politique qu'intime d'Armin. Ancien SS, ouvertement raciste et machiste, il entend accéder à la tête de la RDA, afin de réhabiliter la mémoire d'Hitler et mettre sur rail un IVè Reich.

 

 

MIKELSEN

 

Udo Mikkelsen est l'un des premiers grands personnages ambigus de la BD. En effet, il est tantôt gentil, tantôt « salaud ». Mikkelsen est un tueur à gages, formé par de hautes instances étrangères, comme le KGB. Il n'a aucune morale, et un seul moteur : son revenu. Il est proche de Schuller et de Renhardt.

 

Parmi les nombreux seconds rôles, nous pouvons citer « Kolonel », le chef de la police de Berlin-Est ;

 

NINOTCHKA

 

Ninotchka, danseuse de cabaret, accessoirement employée d'une maison close, qui est la principale confidente d'Armin ;

 

Adolf, frère du héros, et chauffeur de celui-ci.

 

La série sera publiée à la fois en français, anglais et allemand pour deux raisons : Lux était parfaitement trilingue, et tenait à ce que son art soit le plus universel possible. Il publiera seize albums des Aventures D'Armin Schuller de 1950 à 1965, puis reprendra la série à partir de 1972. Trois albums paraîtront, dont le fameux Du Sang Sur Checkpoint Charlie. Lux meurt assassiné en 1974. Son épouse, Elisa, dessinera sous le pseudonyme de Lucy un vingtième album, nommé Reconquista !, dans lequel Schuller assiste, depuis son lit d'hôpital, à la réunification des deux Allemagne, avant de mourir. C'est Lux qui fit le scénario de cette aventure en... 1952 ! Son désir était que la série s'achève sur ces deux événements forts, marquant petite et grande Histoire, ce qui peut expliquer son côté parfois un peu vieillot, notamment dans l'argot utilisé par les personnages.

Aujourd'hui, cette série est très difficile à trouver dans le commerce, hors de boutiques spécialisées. Néanmoins, elle est le plus beau témoignage de la volonté de certains Est-Allemands à une période méconnue de leur Histoire. C'est aussi l'une des rares séries dessinées ouvertement politiques, la seule à son époque même.

 

Aujourd'hui, l'influence de cette série est telle qu'un musée Armin Schuller a été ouvert dans la banlieue de Cottbus (en juin 1992), et qu'un film serait actuellement en préparation outre-Rhin.

Lire la suite