Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de PANSE

MISS MARS

22 Mars 2012 , Rédigé par PANSE Publié dans #LA PIN UP DU MOIS

Ce mois porte celui du dieu romain de la guerre, alors quoi de plus naturel que d'offrir deux fières guerrieres en guise de Miss

 

MARS

Lire la suite

GIRAUD ET MOEBIUS DEUX NOMS POUR UN SEUL ARTISTE AUX TALENTS MULTIPLES

10 Mars 2012 , Rédigé par PANSE Publié dans #GRANDS NOMS

 

Un grand talent de la BD nous a quitté et ce sont deux signatures qui disparaissent avec lui

 

jean-giraud-en-2008-a-angouleme 690532 460x306

 

 

Jean GIRAUD, est né le 8 mai 1938 à NOGENT SUR MARNE

Issu d'un milieu modeste, il passe son enfance dans la banlieue parisienne.

 

Il a commencé à dessiner à l'âge de 12 ou 13 ans,  et à l'âge de 15 ans, il vend sa première histoire à MARIJAC.

 

A  seize ans, il commence sa formation technique à l'École des arts appliqués

 

À dix-huit ans, il publie ses premières illustrations en travaillant pour la publicité, la mode ou la décoration.

 

Il crée la même année sa première bande dessinée,  et décide de se consacrer entièrement à la bande dessinée en collaborante comme dessinateur à des revues telles que Fripounet et Marisette, Cœurs Vaillants et Sitting-Bull.

 

En 1961, il devient l'apprenti de JIJE, qui jouit à cette époque d'une solide réputation dans le monde de la bande dessinée européenne.

 

À ce titre, Jean Giraud se charge de l'encrage d'un épisode de Jerry Spring, une série western publiée dans le journal Spirou.

 

 

 En 1963, Jean-Michel CHARLIER cherche un dessinateur pour un western à paraître dans Pilote et propose à Jean Giraud d'en devenir l’illustrateur.

 

Ainsi commencent les aventures du fameux Lieutenant BLUEBERRY dont le très grand succès en a fait un classique du genre.

 

 

47sx25as

 

Jean Giraud signe les planches de cette série du diminutif de Gir, mais son nom complet apparaît sur la couverture des albums.

 

La saga de Blueberry compte vingt-huit albums ainsi que deux séries dérivées : Marshall Blueberry (Jean Giraud, William Vance & Michel Rouge) et La Jeunesse de Blueberry (Jean Giraud, Colin Wilson & Michel Blanc-Dumont).

 

 

À partir de la fin des années 1960, Jean Giraud illustre une série de magazines et de livres de science-fiction dans lesquels il aborde des thèmes plus personnels et moins conventionnels. Ces illustrations sont signées Mœbius, pseudonyme inspiré  par le mathématicien allemand August Ferdinand Möbius.

 

Ce pseudonyme est utilisé pour la première fois dans une bande dessinée intitulée L’Homme du XXIe siècle, publiée en mai 1963 dans le numéro 28 d’HARA KIRI.

 

Mœbius apparaît une dizaine de fois dans ce journal en 1964. Par la suite, Jean Giraud n'utilisera plus cette signature sur une planche de bande-dessinée jusqu'en 1971, mais il continuera à s'en servir pour ses illustrations de science-fiction.

 

 

En désaccord avec la ligne éditoriale du journal Pilote, il claque la porte en 1973.

Il commence alors à illustrer des pages de L'Écho des savanes et fonde, en 1975, le magazine Métal Hurlant avec Jean-Pierre DIONNET, Philippe DRUILLET et Bernard Farkas.

 

Il peut ainsi créer et publier des bandes dessinées de science-fiction dans le style underground, comme Arzach ou Le Garage hermétique, qui influenceront une génération entière d'artistes.

Il publie ces bandes dessinées sous le pseudonyme de Mœbius aux éditions Les Humanoïdes Associés

 

 

La série Arzach, , le fait connaître à l'étranger et Jean Giraud/Mœbius est contacté par des cinéastes français et américains pour participer à la préproduction de films de science fiction dans les années 1970.

 

 

Une première collaboration se noue avec Alejandro JODOROWSKY et Dan O'BANNON qui engagent Giraud pour les assister dans la création d'un film inspiré de Dune, le célèbre roman de Frank HERBERT.

 

Mais le projet est voué à l'échec, faute de moyens.

 

 

 

La collaboration avec Jodorowsky se poursuit néanmoins, avec la parution de L'Incal, une saga de science-fiction en six volumes parus entre 1980 et 1988.

 

Mais l'aventure hollywoodienne de Jean Giraud n'est pas finie car il est engagé en 1977 par Ridley SCOTT pour participer à la conception graphique de ALIEN, le 8ème passager.

 

 

Par la suite, il acceptera d'autres collaborations pour le cinéma.

En 1988, Jean Giraud part vivre à Los Angeles et illustre une histoire du surfer d’argent en collaboration avec Stan LEE, selon la méthode Marvel.

Circonstance rare pour un auteur européen, cette contribution a influencé plusieurs auteurs de comics

 

Le 10 mars 2012, ce géant de la BD meurt à PARIS des suites d'un lymphome.

 

 poster8

 

Plus sensible au style de GIR que de MOEBIUS, je ne peux que rendre hommage à cet artiste qui a su partager son art entre les 2 parts de sa personnalité

 

Lire la suite

GOSCINNY ET UDERZO: LA RENCONTRE ET LE DEBUT D'UNE LONGUE COLLABORATION

2 Mars 2012 , Rédigé par PANSE Publié dans #ASTERIX ET CIE

 

C’est par l’intermédiaire de la World Press, agence dont GOSCINNY vient 

 

d’être nommé responsable et pour laquelle UDERZO travaille sur les aventures de BELLOY que les deux hommes se rencontrent.

 

(voir articles précédents)  René GOSCINNY avant A.U (Albert UDERZO) et UDERZO avant R.G (René GOSCINNY)

 

 

Wallonie-555x808

 

 René GOSCINNY a pour tache essentielle de récupérer les planches de Marcel UDERZO, éternel retardataire.

 

Dès le premier contact, le courant passe entre eux. « Quand on m’a annoncé sa venue, j’étais heureux de rencontrer un homme dont nos racines étaient communes, GOSSINI ne pouvait être qu’un italien », raconte UDERZO .

 

Rapidement, ils vont travailler ensemble, d'abord pour l'hebdomadaire belge BONNE SOIREES  

 

 

Bonnes-Soirees-555x724

 

où ils publient une chronique humoristique illustrée intitulée « Sa Majesté mon mari » qui connaîtra deux cents épisodes.

 

 Sa-majest%C3%A92-555x4751

 

 

Puis ils s'occupent de la rubrique savoir-vivre du même hebdomadaire, sous le pseudonyme de Liliane d'Orsay.

 

Qui-araison-555x3441

 

 

GOSCINNY se charge du texte et UDERZO illustre la rubrique

Recevant régulièrement du courrier de femmes chics qui le félicitent pour ses bonnes manières, René GOSCINNY, pourtant d’une politesse légendaire répond un jour grossièrement (plus ou moins selon les versions) à l'une d'elle et sera renvoyé de l'hebdomadaire .

 

Le duo crée à cette époque le personnage d’OUMPAH-PAH, encore assez éloigné de la version définitive et qui sera abandonné faute de succès

 

Voir l'artivlr de ce blog OUMPAH-PAH: PAS ASSEZ CONNU

 

  uderzo-albert-1927-france-oumpah-pah-sur-le-sentier-de-l-22

 

 

Après un nouveau séjour aux U.S.A pour lancer le magazine TV FAMILY , René GOSCINNY revient à PARIS en 1952 et retrouve UDERZO.

Leur première série commune est publiée dans LA LIBRE JUNIOR sous le titre « JEHAN SOUPOLET » qui deviendra en 1955 « JEHAN PISTOLET »

 

Marco-Polo005-555x569

 

 

Dans  cette série UDERZO se caricaturera lui-même

 

 

Caricature-uderzo

 

mais surtout intégrera son ami René GOSCINNY sous les traits du personnage de P’tit René

 

Goscinny1

 

 

LUC JUNIOR puis BILL BLANCHART

 uderzo-albert-1927-france-luc-junior-en-amerique-2290480

 

 

billblanchart

 

suivront toujours publiés par LA LIBRE JUNIOR pour le 1er

 

et dans JEANNOT pour le second

 

En 1955, GOSCINNY et UDERZO en compagnie de Jean Michel CHARLIER

 

 

JMC Accueil12 w

 

et Jean HEBRARD (responsable de la publicité à la WORLD PRESS) décident de créer un syndicat afin de défendre leurs droits et à obtenir que les dessinateurs soient considérés comme les propriétaires de leurs œuvres, et non les éditeurs..

 

Goscinny, suspecté d’avoir fomenté ce mouvement, est licencié de l’agence de presse. Charlier, Uderzo et Jean Hébrard l’accompagnent par solidarité et fondent le syndicat d’édition Edipress/Edifrance.

 

 

Libres de proposer leurs créations les deux auteurs entrent alors dans une période prolifique  créant ensemble ou séparement plusieurs séries ou personnages

 

(A suivre)

Lire la suite