Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de PANSE

VALERIAN SUR GRAND ECRAN

19 Août 2017 , Rédigé par PANSE Publié dans #COUPS DE COEUR

 

Dès l'annonce du projet, je m'étais promis d'aller voir le film de Luc BESSON.

Au fur et à mesure des annonces, j'alternais entre impatience et appréhension

Impatience parce que les 1ères images publiées du peuple Mül m'ont immédiatement rappelé celles du peuple fondateur de Point Central, parce que BESSON promettait de "mettre le paquet" et de concurrencer les Blockbusters américains, parce que VALERIAN fait partie de mes séries favorites, parce que je ne me suis jamais remis de "la fin des fins" de l'album "L'ouvre temps" et que j'allais retrouver mes héros...

Appréhension aussi parce que c'est dur de comprendre que le titre "La cité des mille planètes" n'a aucun rapport avec "L'Empire des Mille Planètes" et qu'il s'agirait de l'adaptation de "L'Ambassadeur des Ombres"...et justement cet album est plus un album de LAURELINE qu'un album de VALERIAN. Appréhension parce que les dernières adaptations de BD au cinéma m'ont fortement déçu (je ne nommerai aucun film pour ne pas être méchant), parce que BESSON voulait "mettre le paquet" avec ce que ça comporte d'images "explosives" en surnombre (surtout que l'album adapté est une quête), pace que j'avais peur de ne pas reconnaitre mes héros, parce que je n'avais vu nulle allusion à ceux qui font partie intégrante (à mon avis) de la saga et qui sont apparus pour la première fois dans l'album adapté: les Shingouz...

Bref, j'ai attendu et je suis allé voir, sans me renseigner plus avant pour garder l'esprit libre. J'ai même patienté jusqu'au dimanche suivant la sortie pour partager ce moment avec mon fils prénommé...Valérian.

Alors je vais être franc, les acteurs principaux ne sont pas la copie conforme des personnages de papier (LAURELINE est devenue blonde et VALERIAN ressemble plus à un ado qu'à un (jeune) agent spatio-temporel mais ils sont crédibles et on les adopte vite,

 

POINT CENTRAL est devenu ALPHA et a une origine humaine (sympa l'évolution de la rencontre SOYOUZ/APPOLLO à cette entité multi galactique), il y a de l'action, des ressemblances (hommages?) à STAR WARS (juste retour des choses, voir un de mes articles précédents) et on se laisse prendre.

Les vaisseaux sont là (surtout l'intruder),

 

les combinaisons spatiales sont une version modernisées de celles de la BD, l'histoire tient plus de VALERIAN-BD que d'un film "à l'américaine" et surtout on retrouve le transmuteur grognon identique à celui de la BD et...les Shingouz (même renommés) fidèles à l'image que j'en ai toujours gardé.

 

 

Un scénario proche de l'esprit voulu par CHRISTIN et MEZIERES, des aliens croisés au fil des pages, RHIANNA parfaite dans son rôle de transformiste extra terrestre,

 

de beaux exploits techniques pour les effets spéciaux, j'ai retrouvé la BD de ma jeunesse (j'avais 10 ans quand j'ai découvert le 1er épisode dans PILOTE).

Je n'ai pas lu les critiques des cinéphiles, je m'en moque, moi j'ai adoré.

Je ne suis pas un cinéphile capable de décortiquer les sous entendus sociologiques d'un film, j'ai vu "VALERIAN et la Cité des Mille Planètes" comme on lit une BD et aussi comme on déguste un chocolat, juste pour le plaisir.

Je définis souvent la BD comme "du cinéma sur papier" et là j'ai vu une BD sur grand écran.

Si ce film a été réalisé par Luc BESSON dans le seul but de nous faire passer un agréable moment de détente, il a pleinement réussi son pari et tant pis pour les "esthètes-intelloctuello-psy".

J'ai pu aussi voir que je n'étais pas le seul admirateur de VALERIAN (et aussi de LAURELINE, je l'avoue) et Luc BESSON a su respecter la légende de VALERIAN et LAURELINE. J'espère aussi qu'il y aura une suite, les albums foisonnent d'idées à exploiter.

P.S: Je voudrais préciser que parmi les films tirés récemment d'une BD, j'ai adoré "SEULS" même si les entrées ont été beaucoup plus modestes

Lire la suite